Edition : HongFei Cultures

2020, année du virus, du confinement. En cette période difficile, le livre est plus encore indispensable. Mais comment vit-on ce moment lorsque l'on est éditeur?
 
HongFei Cultures : chine-des-enfants a pu suivre l'évolution de cette maison depuis ses débuts. Devenue une grande maison dont on ne compte plus les coups de coeurs sur ce site, nous échangeons aujourd'hui sur ce sujet.
HongFei Cultures
 
Download
 
Retrouvez l'actu, l'agenda, le catalogue et le blog de l'éditeur (cliquez ici)
 
Les échanges avec Loïc Jacob et Chun Liang Yeh, éditeurs : présentation de HongFei, "Regards deTaïwan"
Les entretiens avec les auteurs publiés par HongFei : Gwenaelle Abolivier, Gaëlle Duhazé, Nicolas Jolivot (1), (2), Pauline Kalioujny, Sara, Zhu Chengliang, Alexandre Zouaghi
 
 
- Tout d’abord, comment allez-vous en cette période difficile ?
Nous allons bien. Certes nous rencontrons des difficultés, comme la plupart des entreprises impactées négativement par la crise sanitaire et économique, mais nous gardons confiance dans la volonté de tous de nous en sortir collectivement. La nuit ne sera pas éternelle.
 
- Avec plus de dix années d’existence, HongFei Cultures a su s’imposer et grandir. Avez-vous ressenti une inquiétude pour l’avenir de votre maison ?
Oui. Même si la santé de la maison est nettement moins fragile qu’il y a dix ans, cela ne veut pas dire qu’elle soit solide comme un roc. Nous avons vécu un choc au début du confinement car l’arrêt brutal des ventes en librairies et l’annulation des salons ont créé une rupture en trésorerie qui risquait de nous empêcher d’engager les nouveaux projets programmés. D’ailleurs, on se demandait à quoi cela pourrait servir de publier de nouveaux titres sans savoir à qui les vendre, puisque nous étions très tôt persuadés que beaucoup de gens allaient perdre leur emploi et d'autres une partie de leur pouvoir d’achat…
Ce choc passé et l'esprit refroidi, nous avons trouvé petit à petit de nouveaux repères dans ce monde d’après le 17 mars. Surtout, nous avons pensé que notre maison y avait toujours une place, et avons donc agi pour assurer notre présence à venir et notre activité. Ajoutons que les filets de sécurité que les pouvoirs publics ont déployés, malgré
qu'ils n'aient pas toujours été parfaitement adéquats à la situation de l'édition, ont participé à calmer nos inquiétudes. 
 
- Comment avez-vous vécu ce confinement ? Avez-vous pu continuer à travailler ?
Nous avons bien vécu le confinement qui n'a pas fondamentalement changé nos habitudes, puisque nous avons toujours travaillé chez nous depuis la création de la maison d’édition. Du point de vue strictement éditorial, nous avons rapidement décidéde modifier notre programme de parutions (en repoussant un titre du 1er semestre au 2nd et deux titres du 2nd semestre à 2021) ; le contenu de notre travail ainsi que la priorité des dossiers ont été ajustés en conséquence.
Nous avons pu travailler à un rythme plus détendu, avec peu de sollicitations extérieures. Nous avons également pris le temps du recul pour réfléchir à notre stratégie et à nos méthodes de travail. La vraie nouveauté réside sans aucun doute dans les échanges réguliers et approfondis que nous avons collectivement mis en place avec quelques confrères et consœurs ; ce fut l'occasion d'une réflexion partagée sur nos pratiques et plus largement sur l'état de la "chaîne du livre", sur des perspectives souhaitables et susceptibles d'être menées par chacun ou collectivement, etc. Cette réaction a été très générale à en croire les tribunes et autres appels initiés par divers collectifs d'éditeurs (ou d'autres acteurs du monde du livre). En cela, la période a été rare et exaltante.
 
- Cette période difficile a-t-elle remise en cause votre fonctionnement ?
Nous nous attachons depuis toujours à adapter notre fonctionnement à l’environnement qui change. Nous avons essayé de vivre la crise comme un « danger-opportunité » (pour le dire comme les Chinois) qui nous oblige à envisager et tester de nouvelles solutions en un temps plus court que d’habitude. Mais fondamentalement, l’expérience s’inscrit dans une philosophie de renouveau permanent et de résilience qui ne nous est pas étrangère. Il faut reconnaître que notre toute petite structure et notre totale
indépendance permettent une grande et précieuse adaptabilité.  
 
- Entre les difficultés des librairies, les annulations de salons et l’omniprésence d’Amazon, comment faire face ?
Plus que jamais, nous devons être à l’écoute des besoins et attentes de nos partenaires et des lecteurs. Certaines nouvelles pratiques ou aspirations ont pu sembler émerger. Nous devons les observer, vérifier qu'elles se confirment, et alors en comprendre les ressorts et inventer éventuellement de nouvelles formes éditoriales pour continuer à servir les auteurset les lecteurs.
Mais pour répondre à la sauvegarde urgente de structures fragiles dans la chaîne du livre et en particulier au sein de l'édition indépendante, nous avons lancé, avec quatre autres éditeurs jeunesse (les éditions Courtes et Longues, Fourmis rouges, MeMo et Talents Hauts), un « appel de l'édition indépendante à son public » sensibilisant ce dernier sur l’importance de son choix en librairie pour la préservation de la diversité éditoriale. Cette initiative a recueilli la signature de près de 150 éditeurs indépendants, venus de tous horizons (jeunesse, adulte, littérature, sciences-humaines, revues, BD) qui ont ainsi manifesté leur soutien à notre perception de la situation. Une telle initiative était nécessaire mais n'est certainement pas suffisante. Nous espérons qu"elle participera à la prise de conscience collective et plus large de ce que nos gestes réfléchis peuvent contribuer à une économie vertueuse, et à un vivre-ensemble apaisé.
 
- Vos prochains événements ?
À ce jour, tout reste incertain pour le second semestre. Nous devrions participer aux Rendez-vous de l'histoire à Blois en octobre et au salon du livre de jeunesse de Lorient (qui met les éditions HongFei à l'honneur) en novembre, avant le grand salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil début décembre. Nos auteur·rices sont par ailleurs invité·es sur de nombreux événements à Troyes, au Mans, à Brive, Fougères, Évreux, etc. Il faut espérer, pour le bonheur et l'avenir du vaste monde du livre et de la littérature jeunesse, que ces événements pourront effectivement se tenir. 
Chun-Liang YEH & Loïc JACOB, éditions HongFei Cultures
27 mai 2020