NAKAGAWA Chihiro

Chihiro Nakagawa 中 川 ち ひ ろ

Chihiro Nakagawa (1958–)  est diplômée de l'Université des arts de Tokyo. Elle aimait les livres dès son plus jeune âge et a souligné que son intérêt non seulement pour les illustrer, mais aussi pour les traduire, remontait à l'époque, où elle a remarqué pour la première fois le nom de "traducteur" aux côtés du nom de l'auteur dans un livre de bibliothèque. Le temps passé au lycée aux États-Unis lui a permis de commencer à travailler comme traductrice pendant ses études. Elle est devenue une auteure de livres d'images à l'âge de 30 ans; Nohara-hime (Princesse Meadow), Kyoryu no tamago (L'oeuf du dinosaure) et O-tasuke kobito (qui a fait ce gâteau illustré par Junji Koyose) comptent parmi ses œuvres majeures. Ses livres d'histoires incluentKarin-chan à jugonin no o-hinasama (Karin et ses quinze poupées Hina), lauréate du prix Noma 2009 pour la littérature de jeunesse; Tenshi no kaikata (Comment prendre soin d'un ange), lauréat du prix des lecteurs du Japan Picture Book Awards 2003; et Kamo no kyodai Kuri à Goma (Kuri et Goma, les frères et sœurs canards). Elle s'intéresse également beaucoup à l'éducation artistique des enfants et a publié O-ekaki uotchingu? Kodomo no eo jubai tanoshimu hoho (Dessins d'enfants? Comment les apprécier dix fois plus).

 

RENCONTRE AVEC CHIHIRO NAKAGAWA

 

- Comment êtes-vous venue à écrire des livres pour enfants ?

J’avais rêvé d’être auteure de livres pour enfants à l’âge de 10 ans. Au fil des années, je l'ai oublié et j'ai été attirée par bien d'autres choses.Mais quand j’ai eu 30 ans, tous ces petits morceaux de rêves, bien que certains aient été brisés, se sont assemblés et je suis devenue écrivain et illustratrice de livres pour enfants!

- Comment s'est faite la collaboration avec Junji Koyose?

Junji n'est pas du tout un illustrateur rapide. Il consacre 12 mois à un livre. Et pendant qu’il travaille sur les illustrations, avec les rédacteurs nous avons des réunions environ une fois par mois et discutons de tous les détails du livre.Nous adorons installer de petits gadgets dans le livre en espérant que les lecteurs l’auront remarqué au cours de la dixième re-lecture.
 
- Vous écrivez une série de livres avec des hommes miniatures: comment avez-vous eu cette idée et construit chaque histoire?
 
Mon fils aimait les véhicules de construction depuis son plus jeune âge Personnellement, cela ne m'intéressait pas du tout, lire ce genre de livres pour lui était assez ennuyeux.J'ai donc décidé qu'un jour, je ferais un livre amusant pour les enfants et les mères moins enthousiastes à propos des véhicules de construction.
 
- Les véhicules sont souvent associés aux garçons: espériez-vous que les filles les lisent aussi?
 
Absolument, oui !
 
- Les dessins d'enfants sont importants pour vous: vous inspirent-ils dans votre travail?
 
Pas particulièrement, mais j’aime toujours regarder les dessins d’enfants.
 
- Les librairies et bibliothèques japonaises proposent de nombreux ouvrages sur les techniques et les véhicules modernes, contrairement à la France; Selon vous, d'où vient cet engouement pour l'édition japonaise sur ce sujet?

Je n'ai jamais pensé à ça. C’est un point intéressant. Peut-être que les Japonais aiment la mécanique? (Pas moi, bien que ...)
 
- Les auteurs et illustrateurs japonais sont très populaires en France: vous qui avez étudié aux États-Unis, est-ce très différent de publier un livre au Japon?
 
Je suis heureuse d'apprendre que les auteurs et illustrateurs japonais sont populaires en France, merci! Je pense que la culture japonaise insiste sur la valeur de «KAWAII», qui se traduirait par «mignon, petit, doux, fragile, vulnérable, adorable, délicat». Et peut-être que les Français partagent ces valeurs.
 
- Vous êtes également traductrice: quelles sont les plus grandes difficultés pour vous de traduire le japonais en anglais pour les livres pour enfants?.
 
En gros, je traduis de l'anglais vers le japonais uniquement. Je pense que les locuteurs de langue maternelle, et non les locuteurs de la langue d'origine, devraient faire la traduction de la littérature.
 
- Vous avez reçu, entre autres, le prix Noma: qu'est-ce que cela a changé pour vous?
 
Je me sens honorée par les prix. Mais les éloges des enfants sont beaucoup plus précieux. Cette série d'hommes miniatures n'a pas reçu de prix, mais a été traduite en 6 langues et aimée par tant d'enfants dans le monde entier qui se moquent des honneurs ou même de ceux qui écrivent sur terre.
 Leurs visages radieux sont les meilleurs prix.
 
- Quels livres vous ont marqué dans votre enfance?
 
Mary Poppins by P.L.Travers
The Little Bookroom by Eleanor Farjeon
The Borrowers by Mary Norton
TISTOU Les Pouces Verts by Maurice Druon
Le Petit Prince by Antoine de Saint-Exupery
 
- Pouvez-vous nous parler de vos projets?
 
Maintenant, je travaille sur 2 livres. La première est la troisième histoire de «Mahorohime», la série La princesse fantôme sélectionnée dans la liste du White Ravens International Votre bibliothèque. J'aimerais que les jeunes lecteurs connaissent la joie des histoires plus longues.
Merci beaucoup!
 
CHIHIRO NAKAGAWA : UNE HISTOIRE EN CHANTIER
 
Par expérience de maman, l'illustratrice sait qu'une bonne histoire se partage et que l'adulte doit aussi y trouver un plaisir de lecteur. Les engins d chantier fascinent les plus jeunes mais difficile d'y associer une bonne histoire. C'est pourquoi chaque image propose un jeu de lecture à plusieurs niveaux, en parallèle à l'histoire initiale.
Des jeux par le biais de détails que le lecteur averti ne remarquera pas forcément au premier regard. Des scénettes où chacun peut se créer sa propre lecture. 
 
sur ce détail, nous observons des jeux d'enfant familiers qui ravivent des souvenirs aux plus grands.
 
4
 
des détails où l'on peine à y trouver des parties de cache-cache, de chat-perché,...
 
5
 
Dans cette scène des mesures sont prises pour construire une roue pour le hamster : différents instruments de mesure sont présentés, permettant à l'adule de se plonger avec nostalgie dans ses souvenirs d'enfance et au jeune lecteur de se familiariser avec des outils qu'il utilisera pet-être à l'école. 
 
1
 
Chaque histoire évoque des scènes de sauvetage, d'actions qui peuvent être angoissantes et stressantes. Par la mise en scène des personnages et des scénettes humoristiques,  l'histoie est lue avec recul, devenant apaisante et distrayante.
 
2
 
Dans cette scène le sauvetage du chaton pourrait être stressante mais un engin agite devant l'animal une petite feuille pour l'amuser, ce qui rend la scène drôle.
Chaque fin d'histoire met en scène l'enfant dans son univers familer, entouré de ses parents, permetant une chute douce et rassurante pour le jeune lecteur.
 
3
 
merci à Rue du monde pour les images