Sylvain Alzial

Sylvain Alzial

23586

Documentaliste à Radio France et musicien Sylvain Alzial est passionné par les cultures traditionnelles. Il est l’auteur de plusieurs albums publiés chez Flammarion, Actes Sud, Mémo, Thierry Magnier ou Les Fourmis Rouges.

Coup de coeur pour le livre "PANTHERA TIGRIS" éditions du Rouergue, rencontre avec Sylvain Alzial

1 – D’où vient votre intérêt pour les cultures et contes  traditionnels ?

Cet intérêt est sans doute lié à mes études musicales (pratique du piano et musicologie à l’Université). Très tôt attiré par les musiques vivantes et improvisées, j’ai découvert la musique classique de l’Inde au début des années 1980, notamment grâce aux travaux du musicologue français Alain Daniélou.

La découverte de cette musique traditionnelle, d’une très grande finesse et d’une étonnante complexité, m’a ouvert un nouvel horizon culturel. Cet intérêt s’est peu à peu élargi aux arts traditionnels dans leur ensemble ainsi qu’aux contes, aux folklores et aux traditions orales.

 

2 – Quelle est la provenance de cette histoire « Panthera Tigris » ?

C’est une histoire adaptée de Swami Prajnanpad, un maitre bengali contemporain, qui avait parfois pour habitude, d’illustrer ses enseignements par des petites histoires ou anecdotes très simples. Rien de tel pour saisir les dangers de l’intellectualisme, que de se confronter au souffle d’un tigre !

 

3 – Aviez-vous imaginé ce format d’album ?

Non, il s’agit d’une réflexion commune, entre Olivier Douzou (directeur artistique et éditeur des éditions du Rouergue Jeunesse), Hélène Rajcak  et moi-même.

 

4 – Les illustrations complètent à merveille le texte : avez-vous eu des échanges avec l’illustratrice ?

Oui bien sûr. La phase préparatoire du projet a fait l’objet de passionnantes discussions avec Hélène Rajcak, puis pendant toute la durée du chantier, nous avons fait de nombreuses mises au point avec notre éditeur Olivier Douzou. Chaque étape de ce projet s’est faite patiemment, méticuleusement, en confrontant nos points de vue, en dialoguant. Hélène a eu de très bonnes intuitions graphiques dès le départ du projet, et a trouvé la tonalité originale dans laquelle l’histoire allait pouvoir se déployer, une atmosphère très « encyclopédique » en noir et blanc, s’articulant avec humour, avec un monde sauvage, plein de mystère, de vitalité et de couleurs !

 

5 – Quels sont les contes ou genres de contes qui vous inspirent le plus ?

Très éclectique dans mes lectures de contes, j’apprécie beaucoup les contes et apologues du Pancha Tantra, mais également les contes soufis de Djalâl Al-Dîn Rûmî ou les contes de la tradition orale africaine, recueillis par Amadou Hâmpate Bâ.

 

6 – Pourquoi écrivez-vous plus particulièrement pour les enfants ?

Il y a sans doute dans ma démarche, une volonté de transmettre des histoires de sagesse au jeune public, en réactualisant des histoires traditionnelles peu connues qui contiennent des messages profonds.

 

7 – Comment êtes-vous venu à l’écriture de contes ?

J’ai eu à l’école primaire, un formidable instituteur qui ressemblait un peu à un ogre. C'était un ogre très gentil, avec une énorme barbe rousse, qui avait eu la bonne idée de fabriquer une « boite à histoires », une sorte de grosse boite en carton scotchée dans tous les sens, dans laquelle les élèves devaient glisser chaque semaine, une histoire de leur invention. Après dépouillement fébrile des bouts de papier, et lecture à voix haute par l’instituteur, les enfants avaient pour mission, de voter pour élire la meilleure histoire. Je me suis beaucoup amusé avec cet exercice et j’ai remporté quelques victoires mémorables en écrivant des histoires qui faisaient rire mes petits camarades. Le goût d’écrire pour les enfants remonte peut-être à cette classe d’école primaire et aux formidables expériences pédagogiques de cet ogre-enseignant fort sympathique !

 

8 – Vous publiez chez différents éditeurs : comment ce choix de publication s'effectue-t-il ?

Parmi les très nombreux éditeurs jeunesse francophones, il y a effectivement des choix qui s’imposent. Dans le registre qui m’intéresse, celui des contes ou des histoires traditionnelles, j’ai proposé mes projets aux maisons avec lesquelles je me sens en affinité, tant sur le plan littéraire que graphique. Mais les expériences éditoriales peuvent prendre parfois des chemins détournés en fonction des rencontres ou des opportunités.

 

9 – Quelles histoires de votre jeunesse vous ont-elles marquées ou vous souvenez-vous ?

Je me souviens très bien de certaines histoires entendues lorsque j’étais enfant : des contes de Grimm, Andersen, Perrault ou des 1001 Nuits, écoutées et réécoutées avec émerveillement sur des disques vinyles: Le musicien merveilleux, Le loup et les 7 petits biquets, Le roi crapaud, Le petit soldat de plomb, Ali Baba, Sindbad le Marin…J’ai encore en mémoire ces histoires lues avec talent par d’excellents comédiens comme Jacques Fabbri, Pierre Hiegel ou Jean Le Maitre, et qui me transportaient dans des rêveries d’un autre temps…

 

10 – Auriez-vous aimé illustrer plus particulièrement l'une de vos histoires (dessin, musique,...) ?

Peut-être serais-je tenté un jour ou l’autre d’illustrer musicalement l’un de mes albums ?

 

retrouvez les ouvrages disponibles de Sylvain Alzial pour la jeunesse (cliquez ici)