lecteurs chinois à Paris (suite)

UN AN DANS LE NORD DU 19EME ARRDT DE PARIS

Après avoir observé les jeunes lecteurs asiatiques dans le 13ème arrdt de Paris, le chinatown, je vous propose un séjour d'une année dans le nord du 19ème arrdt. Outre l'historique petite rue de Joinville, il n'y a guère de quartier asiatique.

Depuis quelques années cependant, plusieurs vagues de migrants s'y sont installés ainsi qu'à Aubervilliers, tout proche.

Synthèse.

La population du nord de l'avenue de Flandre dans le 19ème arrondissement a beaucoup évolué ces dernières années.
D'un quartier très populaire, la dynamique de la Vilette et la forte boboïsation des quais de Seine/Loire, ont quelque peu embourgeoisé ce secteur.
Il reste cependant populaire car les grandes tours enclavées des années soixante-dixconcentrent à elles seules une forte immigration africaine, avec tous les "services" dédiés à ces ensembles HLM.
La bibliothèque se trouve dans un îlot très animé mais relativement protégé, dans une sorte de no man's land identitaire, au carrefour du deal, de la misère, des ghettos et dess bobos.
Les "Wenzhou" comme l'on se plait à surnommer la population chinoise du quartier arrivée massivement en quelques années, viennent pour nombre d'entre eux de cette région pauvre de la Chine.
Mais outre la rue de joinville, il n'y a pas à proprement parlé de chinatown ici. Les chinois sont confrontés à cette population populaire issue de nombreuses nationalités.

Lors des animations extérieures de la bibliothèque, sous forme de lectures dans les jardins au pied des cités (BHLM), les familles chinoises sont peu nombreuses ; elles ne passent pas trop de temps dans les jardins ou espaces de jeux publics au pied des tours.

La bibliothèque (Benjamin Rabier - 141 av. de Flandre) ouverte il y a vingt ans se compose uniquement de collections pour enfants. Dès ke début, les bilbliothécaires ont préféré le dialogue et la patience au gardien de sécurité.
Le pari était risqué car ces 380m2 s'exposent de plein pied sur l'avenue, sur une longueur de 40 mètres de vitrines.

La bibliothèque propose des collections de livres et revues en chinois, ainsi que de la documentation présentant la bibliothèque.

Nombreux enfants trouvent dans ce lieu une troisième maison : un troisième lieu, qu'ils fréquentent pour beaucoup sans les parents. Comme dans d'autres quartiers sensibles, c'est toute la fratrie qui s'approprie les lieux, à la charge de l'ainé souvent mineur.

1 - Situation socio culturelle

La grande majorité de cette population vient donc du Wenzhou. Parents souvent en âge d'activité, relativement jeunes. Une bonne partie s'exprime très difficilement en français, peu l'écrive.
Les parents sont peu présents mais accompagnent généralement leur enfant la première fois, ou du moins pour l'inscrire. Deux à quatre enfants composent la famille.
Ils habitent généralement à proximité immédiate. Certains, dans les grands ensembles immobiliers. Ils sont commerçants -restaurateurs- ou travaillent dans la couture, un tabac... Pas de réelle surprise sur la profession des parents.
Les enfants s'expriment bien en chinois (dialecte), assez bien en français. Ce sont souvent de bons élèves, discrets et disciplinés.
Quelques habitués :
- Un vieux grand-père accompagnant son petit fils ; ce dernier lui fait la lecture, tous les samedis.
- Un frère ayant autorité sur sa soeur, sensiblement du même âges (10a), viennent d'une manière très militaire rendre et emprunter de nombreux livres et revues, en français et en chinois, chaque jour ou presque.
- Une mamie venant le soir, admirative des cris et gesticulations de son petit fils, toujours inquiète de la fermeture.
- Deux soeurs (11-12a) qui viennent avec leurs copines (chinoises aussi) ayant toujours un avis sur les livres, très sociables.
- Deux frères (17 et 12a) venant régulièrement emprunter, rendre et s'échanger des mangas.
- Un jeune toujours très souriant qui ne comprend pas grand chose mais très attentif à toutes les manipulations lors d'emprunt de ces livres.

Les parents sont donc absents mais l'on sent bien que les enfants sont cadrés et viennent souvent à la bibliothèque car les deux parents travaillent.
C'est une des différences avec les autres enfants dont les parents souvent chômeurs, à la maison, laissent les enfants un peu livrés à eux-mêmes.
Le travail mais aussi la barrière de la langue font qu'ils entrent moins facilement dans un système d'assistanat les obligeant aussi à se débrouiller.

2 - Occupation de l'espace, activités

Une partie de ces enfants ne viennent que pour emprunter des documents. Ceux qui restent viennent aussi et surtout, voir uniquement pour jouer sur les ordinateurs.
Ils sont donc souvent en groupe, ou en fratrie. Entre chinois. Lorsqu'ils sont dans leur monde de jeux vidéos, c'est en chinois qu'ils s'expriment. Ils sont "ailleurs".
Il n'y a pas (plus depuis longtemps) de confrontation ethnique. Jaunes, blancs, beurs, blacks et juifs évoluent sans le moindre incident.
Cependant, la mixité reste plus subtile.
Si nous prenons en compte le public non lecteur, il a des activités très marqué  par son origine, non sociale, mais culturelle : ethnique.
Tout au long de l'annéeles fêtes et pratiques religieuses induisent des fréquentations différentes (nombreux juifs viennent le vendredi par exemple).
Les jeunes d'origine africaine (beur-black) ont 4 activités et occupations de l'espaces dictinctes :
- Soutien scolaire
- jeux sur ordinateurs
- échanges d'histoires de filles (famille, copines, amours...) ou de garçons (mesurer sa popularité, échanges d'objets...)
- attendre que le temps passe, sortir/entrer, faire quelques bêtises pour se distraire
Les jeunes chinois :
- jeux sur ordinateurs
- devoirs
- lecture solitaire
Il y a deux espaces partagés par tous mais seuls les ordinateurs sont utilisés pour la même occupation.

3 - Partage du temps et de l'espace

Il y a quatre ordinateurs. Chaque enfant peut s'inscrire une seule heure par jour.
Si un paramétrage est fait, il est vite détourné. Mais les enfants font presque tous des jeux téléchargés gratuitement et facilement (faute de temps).
Ils doivent donc se partager cet outil avec les autres enfants.
Cela se fait en plusieurs temps dans la journée.
- en individuel
- en groupe
- en double
- trafic de cartes
Les jeunes joueurs chinois sont plus "doués" pour trouver des jeux intéressants ; ils initient aussi des paris, des concours... Cela attire forcément les autres enfants, quitte à ce qu'ils soient jeunes, pour profiter de leur passivité pour abuser de leur cession de temps de jeu.
Les jeunes chinois sont donc à l'origine de bon nombre de jeux affichés sur les écrans.
Ils viennent aussi en groupe : un accord implicite qui fait qu'ils arrivent à une tranche horaire ou les écrans sont libres. Ils jouent alors ensemble, au point d'oublier le monde qui les entourent : ils parlent plus forts et en chinois.
Ils n'hésitent pas à faire à démontrer leur générosité en aidant d'autres enfants de nouveaux jeux ou leur expliquer et, lorsqu'ils sont en confiance arrivent à se partager le clavier pour jouer à deux, voir trois! sur le même écran.
Certains enfin viennent jouer plusieurs fois, ayant empruntés les cartes de la famille ou des copains, mémorisant les codes pour enchainer les cessions.

Le partage de cet espace de jeu se fait par profit et les jeunes chinois, plus à l'aise dans la maitrise des ordinateurs, occupent d'avantage l'espace.

4 - Lectures

Pour les jeunes lecteurs, il n'y a pas vraiment de lectures "chinoises". Il y a cependant un fonds de livres et revues en langue chinoise. Ce sont essentiellement des parents qui empruntent des documents mais aussi des personnes venant d'autres arrondissements voir de banlieue.
Ce fonds a été très utilisé mais il manque maintenant de nouvelles acquisitions, de suivi.
Certaines collections en français attirent fortement tous les lecteurs : "Max et Lili", "Chi", "J'aime lire", et les séries à la mode.
Les grands ados, filles comme garçons viennent assez souvent : discrets, autonomes, empruntant aussi des livres en chinois, des BD, manga et des romans pour les filles.

5 - Asiatiques non chinois

Qeulques familles franco-viet, franco-jap, cambodgiennes viennent aussi.
Discrètes avec le plus souvent la présence des parents, plutôt la maman, ils empruntent aussi beaucoup mais la maman a souvent son mot à dire. La lecture est vécue aussi comme une discipline scolaire.
Un papa cambodgien mécontent de son fils, vivant mal les mauvaises notes scolaires s'est renseigné pour du soutien scolaire, souhaitant que les bibliothécaires l'obligent à suivre chaque jour ce soutien.

6 - Echange franco-japonais

Des scolaires japonais de la région de Fukushima sont venus trois jours en France pour promouvoir leur région dévasyée par le tsunami. Une matinée a été passée dans la bibliothèque pour présenter leur projet à d'autres jeunes français. Le point d'orgue étant un rassemblement sur le champs de mars l'été 2014.
Si personne ne métrisait ce projet, les échanges -en anglais- avec les jeunes beurs -pour beaucoup de français présents- du quartier a été fructueux et se poursuit via facebook. Les problématiques et la "culture" ado crée forcément des liens en plus des mangas.

7 - Asiatiques et exclusion

L'exclusion par la misère ne se montre pas. Cependant un clochard chinois très discret a élu domicile dans le quartier. Il est entré une fois pour montrer sa satisfaction de voir que les livres soient gratuits (en montrant du doigt cette explication sur le document en chinois) ; une bibliothécaire a voulu lui proposer des revues ou livres pilonnés mais il a refusé.

Une grosse communauté occupe aussi l'espace mais dans le bas de l'avenue et ne fréquentant que peu cet établissement : des afghans. Ils dorment dans un jardin près de la gare de l'est, passent devant la bibliothèque pour aller quand ils le peuvent manger dans une association non loin de là.

Une autre bibliothèque les accueillent mais ils ont tendances à y stagner. Certains profitent pour se chauffer mais aussi consulter leurs mails ou facebook. Ils sont jeunes. Même s'ils sont très sympathiques, ils chassent d'autres lecteurs par leur présnece massive. Nombre d'entre eux rêvent d'Angleterre.  Une nouvelle grande bibliothèque devrait ouvrir presque au pied de leur campement de base... A suivre donc.