DJAFAR LE PETIT IRANIEN

"DJAFAR LE PETIT IRANIEN" / Dominique Darbois. - Ed. Nathan, 1968

Img 296

Img 0298

Aux portes de l'Asie, dans une grande ville moderne et pourtant différente des villes d'Europe, vit ce petit garçon qui porte le joli nom de Djafar. Son pays, c'est l'Iran, la ville qu'il habite, c'est la capitale, Téhéran. C'est là aussi que demeure le souverain régnant, le Shah. L'Iran est une contrée immense et d'une grande diversité. On y trouve de très hautes montagnes, des déserts, des forêts et des plages. Il y pousse beaucoup de fleurs. Ses roses sont célèbres pour leur grande beauté ; on en fait des parfums et de la confiture. Dans la forêt vivent de nombreux animaux, de douces gazelles, des lions, des tigres et des ours. Les iraniens se nourissent surtout de riz et de fruits. On compte 160 sortes de raisins secs, dont Djafar est très friand. Quand il ne va pas à l'école, son plus grand plaisir est d'aller flâner, en compagnie de son frère Amir, dans la bazar de la vieille ville. Que de bruit, que de mouvements! Les acheteurs discutent avec des éclats de voix le prix de chaque objet. Pendant ce temps, les nouvelles se transmettent de bouche à oreille : "la fille d'Ali se marie, le grand-père Ahmed a acheté un âne..." Mais il y a d'autres choses à voir dans cette ville...

Img 0301

Le palais du Golestan n'est pas très ancien, il n'a qu'un siècle, mais de nombreux souvenirs du temps jadis y sont rassemblés. - "Regarde, Amir, ces faïences aux vives couleurs qui recouvrent les murs... Quel est ce pont? Et d'où vinnent ces oiseaux?"

Img 0304

Img 0309

Les personnages de marbre blanc qui soutiennent le grand trône sont de la même taille que Djafar. L'un d'eux semble sourire à ce petit garçon qui est venu leur rendre visite.

Le bazar est presque une petite ville à l'intérieur de la grande, avec ses rues où l'on peut circuler à bicyclette et même trainer son âne. Ses rues sont toutes bordées de boutique où l'on trouve tout ce que l'on peut rêver d'acheter.

Img 0311

Img 0315

Djafar et Amir, son grand frère, achètent des fruits séchés. Que choisir? Abricots d'or, figues douces comme miel, ou raison? Bing! Gling! Le marteau de bois sonne sur le plateau de cuivre rouge comme un gong. Djafar en écoute la musique.

Img 0317

Img 0320

Mules et chaussures sont accrochées au mur, dans la boutique du savetier. Et voici les pots remplis de graines pour le jardin. Djafar a lu : tomates, pastèques, poivre. Que ferons-nous pousser?

Img 0321

Img 0322

C'est la "maison de la force", le Surhané. On s'y adonne aux sports traditionnels. Des hommes forts et bien musclés soulèvent des massues de bois.

Img 0324

Tout autour de la piste, des gradins de marbre vert permettent de recevoir le public, les jours de grande fête. La lutte à l'ancienne fait alors aussi partie du spectacle.

Img 0327

Avec ces massues de plus en plus lourdes, ils jonglent pourtant comme avec des ballons. On peut aussi se livrer à des exercices de gymnastique au son du tambour.

Img 0332

A l'école d'artisanat, on peut apprendre à faire des boites de bois inscrutées de métal, des poteries vernissées.

Img 0336

On y enseigne aussi l'art de décorer des panneaux de bois en y incrustant des lamelles de nacres. Ainsi, peuvent être réalisés des paysages ravissants. Sur ce métier, sont tissées des étoffes de soie mêlée de fil d'or.

Img 0338

Autrefois, l'Iran s'est aussi appelée la Perse. Les tapis persans sont célèbres dans le monde entier pour la beauté de leurs dessins et la rareté de leurs couleurs. Ce sont les femmes et les petites filles qui font les tapis. Elles travaillent à plusieurs sur le même métier. Des dessins, les mêmes depuis des centaines d'années, leur servent de modèle. Elles en respectent les lignes et les couleurs. Cela semble très difficile et pourtant, les petites filles y sont souvent plus habiles que les femmes. Imaginez qu'il faut faire entre 80 et 150 noeuds pour obtenir un centimètre carré et qu'un tapis de trois mètres sur quatre demande deux ans de travail à quatre personnes. On ne fait pas les tapis seulement pour la vente : dans toutes les maisons, le sol en est couvert et bien souvent les murs et les lits.

Img 0340

Dans les villages d'Iran, chaque maison possède une pièce spéciale dans laquelle se trouve le métier qui sert à faire les tapis. Les petits garçons y vont rarement, aussi Djaafr est-il tout intimidé qu'on lui permette de regarder cet extraordinaire travail.

Auriez-vous pensé qu'on lave un tapis à grande eau dans une source fraiche? C'est ce que l'on voit faire tous les jours à la fontaine d'Ali. Car les tapis persans sont très solides et leurs belles couleurs restent inaltérables, même après des siècles.

Img 0341

Et pourtant, que de fois ont-ils été piétinés et lavés! Et même brossés très fort avec des balais comme celui-ci. Djafar, Amir et leurs petits amis regardent ce va-et-vient du balai qui redonne à la laine son éclat.

Img 0344

Img 0346

Les laines qui servent à les fabriquer sont teintes avec des couleurs végétales, dont la préparation est un secret qui se transmet de mère en fille. Au sortir de l'eau, on étend les tapis sur des rochers, où le soleil les séchera. C'est un spectacle fantastique : on se croirait dans un pays étrange où poussent des fleurs de laine.

Img 0347

Et si l'on sautait sur l'un de ces tapis, peut-être nous emporterait-il vers un monde inconnu, comme le tapis volant d'Ali Baba?

Img 0349

Img 0352

Img 0354

Img 0356

Dans un joli village, non loin de la mer Caspienne, habite la tante de Djafar. C'est là qu'il vient passer ses vacances.

Img 0359

On y trouve fraîcheur et verdure, ce qui est bien agréable après l'étouffante chaleur de Téhéran. Et quelle joie de revoir Moniré, sa cousine, sa compagne de jeux! Sur le seuil de la maison aux balcons de bois ajourés, tante Sima, un plateau de cuivre sur la tête, est venue souhaiter la bienvenue aux enfants.

Img 0361

Img 0363

Le berceau de bois décoré où dort ce petit cousin né des dernières vacances, Djafar y a dormi aussi quand il était petit. "Maintenant il est grand", pense Moniré "et bientôt, il m'enmènera à Téhéran."

Img 0365

Boire le thé, offrir le thé. Ce sont des gestes que l'on fait tous les jours et à toutes les heures du jour en Iran. On le sert dans des verres posés dans des gobelets d'argent munis d'une anse. De cette façon, on ne se brûle pas les doigts et c'est très joli.

Img 0366

Djafar rit de bon coeur aux histoires que racontent ses amis. Depuis les dernières vacances, quede choses à se dire! Et on est tellement contents de se retrouver ensemble.

Img 0369

Img 0370

Minces comme des feuilles, ce sont les galettes de farine dorées et croquantes, le pain des iraniens. Elles sont faites dans un four de pierre, un trou rond chauffé au rouge, dans lequel on les jette et où elles cuisent très rapidement.

Img 0374

Img 0376

La mosquée du village est petite mais son toit de mosaïque est d'un bleu si intense qu'on le voit de très loin. C'est là que tous les vendredis on se réunit pour la prière.

Img 0377

Djafar et ses amis ont décidé d'y grimper. Attention, il ne faut pas avoir le vertige! Heureusement, des crampons de fer tout le long du parcours facilitent l'ascension.

Img 0380

Tout autour du village s'étendent des champs de thé. Le théier est un petit arbuste dont les feuilles séchées servent à préparer la boisson préférée des iraniens. La culture du thé demande de grands soins. Tous les ans, il faut tailler chaque arbuste pour le rendre plus vigoureux.

Img 0381

Feuille à feuille, la cueillette du thé se fait très délicatement! Toute la journée les femmes sont dans les champs et remplissent leurs souffins. Les enfants les transportent. Pour eux, c'est un jeu que de maintenir me panier sur la tête et d'arriver au village sans avoir perdu al moindre feuille.

Img 0385

Moniré et le grand-père trient les feuilles de théier que l'o a répendues sur une natte de paille. Djafar observe ce tarvail qu'il ne connait pas.

Img 0387

Moniré aide à monter les paniers de thé que l'on entrepose dans la grange.

Posée sur quatre piliers pareils à des champignons, la grange dresse à côté de la maison son toit chevelu.

Img 0389

Img 0391

Img 0393

Img 0395

Une petite fête termine la cueillette du thé. Les enfants ce soir se coucheront tard. On leur a permis d'assister aux danses et d'écouter ocnter la légende de Cyrus : "Quand Mandane, la fille bien aimée d'Astyage, mit au monde son fils Cyrus, le roi pris peur. Les mages lui avaient annoncé qu'un jour, cet enfant lui arracherait son trône et deviendrait un très grand roi. Il décida de le faire tuer. Il choisit pour exécuter cette besogne un homme de confiance du nom d'Harpage. Celui-ci promit d'exéciter les ordres du roi son maitre, bie qu'il en fut très troublé.

Img 0396

Il prit l'enfant et partit dans la montagne. Là, il le confia à un berger, Mitradates, lui ordonnant de tuer l'enfant. Mais Mitardates venait de perdre son propre fils, Spaco. Sa femme décida de garder l'enfant et de l'élever. Comme il fallait une preuve de la mort de Cyrus, on fit passer un enfant pour l'autre, et le roi ne se douta de rien. Cyrus était aimé de tout le village. Un jour qu'il jouait avec les autres enfants...

Img 0399

Img 0403

... ceux-ci décidèrent qu'il serait roi. Il prit son rôle au sérieux. Il donnait des ordres et voulait être obéi, même des fils les plus nobles. Cela provoqua un incident qui arriva aux oreilles du roi. Hastyage vint au village pour voir le jeune berger. Emu par les traits de son visage, il découvrit la supercherie. Cela apaisa ses remords. Cyrus, rendu à ses parents, grandit. Un jour, il se révolta contre son grand-père, comme l'avaient annoncé les mages et, avec l'aide d'une peuplade, les Perses, le détrôna. Il devint un très grand roi et donna à son pays le nom de Perse.

Img 0405

Darius, le puissant souverain, fit construire, il y a plus de deux mille ans, cette cité magnifique qui devint la capitale de son royaume : Persépolis. On y trouve d'immenses sculptures représentant des personnages célèbres et aussi des animaux. Voici un lion.

Géants de pierre barbus et armés. Les enfants regardent, éblouis, vos immenses silhouettes dont ils rêveront peut-être cette nuit. Peut-être rêveront-ils aussi qu'ils deviendront comme leurs ancêtres de grands bâtisseurs... Mais de cités modernes.