FEI, COLLECTION DE CONTES

C'est Asèle Feltgen pour les éditions Fei qui nous apporte quelques informations à propos de la collection de contes classiques chinois, remarquée entre autre par le superbe "Raisins sauvages" de Ge Cuilin et Wu Jinglu qui ont, en 2012, repris une version de ce conte publié en 1985.

Raisin sauvages fei

  • Vous publiez des bandes dessinées de référence ; qu'est-ce qui a motivé votre nouvelle collection de contes ?
En découvrant en Chine des petites merveilles comme les raisins sauvages, ou la collection d’albums sur la minorité, il nous a semblé évident d’élargir notre catalogue à la jeunesse. La publication des raisins sauvages est une suite logique à notre volonté de faire découvrir le patrimoine illustré chinois. 
 
  • Comment avez-vous sélectionné les titres et les éditions originales ?
C’est en rencontrant l’éditeur de la chenille, qui a publié la version chinoise, en discutant avec lui qu’il nous a montré la version de 2012 des raisins sauvages, et ça a été un coup de coeur immédiat !
Fille poisson feiDeux freres fei
 
  • Vous auriez pu opter pour une collaboration franco-chinoise pour le texte et l'illustration, voir revisiter complètement les contes. Etait-ce important pour vous de reprendre une édition chinoise ?
Absolument ! Ge Cuilin et Wu Jinglu sont deux immenses artistes, que nous sommes honorés d’éditer en Chine. C’est aussi une revalorisation du patrimoine chinois. Il existe de magnifiques ouvrages inconnus des français, c’est un devoir pour nous de leur faire découvrir !
Img 3943edition de Shanghai en 1985
 
  • Dans les « raisins sauvages », les épreuves pour la jeune fille ont été allégées et le dieu de la montagne est un peu plus humanisé tant par son caractère que par sa représentation. Les jeunes lecteurs ont changé aussi selon vous ?
Je n’ai pas l’impression que les lecteurs aient changé, mais il faudrait demander aux auteurs pourquoi ils sont choisi d’alléger les épreuves. 
Img 3985le dieu de lamontagne dans l'édition de 1985
 
  • Vous avez échangé avec les auteurs, éditeurs chinois... ont-ils conscience que ces contes, traduits dans plusieurs langues et diffusés dans le monde entier ont marqué des générations de jeunes lecteurs ?
Je pense qu’ils sont conscients de l’universalité de ces contes. Dépasser les époques et les frontières, que rêver de plus pour un auteur ? 
 
  • Pouvez-vous nous parler des projets de Fei ? De nouveaux contes ? 
Du côté de la jeunesse, nous continuons à diffuser des histoires illustrées issues du patrimoine chinois, un petit coffret « ma petite bibliothèque chinoise »  verra le jour en octobre, composé de trois irrésistibles petits livres réalisés dans les années 80. En parallèle, nous essayons de faire connaître la littérature de jeunesse contemporaine, de jeunes artistes chinois commencent à se faire connaître et font un travail remarquable… Avec ma petite lanterne, par exemple, de Gan Da yong, sortira début 2017. 
 
Merci à Adèle Feltgen et Fei