RENCONTRE AVEC...Ed. HongFei Cultures

"Chine des enfants" a suivi de près les publications de HongFei Cultures, remarqué dès ses premiers titres par la qualité et surtout une vision plus pertinente de la culture chinoise. LoIc Jacob et Chun-Liang Yeh nous présentent la maison et répondent à quelques questions...

 

HONGFEI CULTURES EN QUELQUES LIGNES

Depuis sa création il y a deux ans et demi, HongFei Cultures, maison d'édition spécialisée jeunesse, publie essentiellement des textes d'auteurs chinois traduits pour la première fois en français et illustrés par des illustrateurs vivant en France. Le jeune lecteur est ainsi invité à découvrir des "textes d'ailleurs" (histoires tendres ou merveilleuses, contes et récits, fables ou poèmes chinois) en mettant ses pas dans ceux d'"illustrateurs d'ici" inspirés par leur rencontre singulière avec le monde chinois.
Au-delà de cette expérience de la Chine, HongFei Cultures encourage également des créations d'auteurs-illustrateurs français en publiant des livres autour de thèmes qui lui sont chers : l'interêt pour l'inconnu, le voyage et la relation à l'autre.

HongFei Cultures a maintenant fait sa place dans le paysage éditorial avec une lisibilité sur sa production et ses ambitions. Permettez-moi de faire avec vous un petit bilan...

HongFei présente un catalogue ambitieux dans un paysage assez morose de l'édition. Depuis sa création, le développement de l'entreprise semble facile et en constant progrès. Est-ce aussi facile, avez-vous renoncé à certains projets initiaux?

En matière d'édition, l'une des difficultés du moment tient selon nous à la profusion d'une production de titres qui ne permet pas toujours de distinguer entre les propositions éditoriales. Pour notre part, lors de la création de HongFei Cultures, nous sommes partis d'une idée simple qui consiste à proposer aux jeunes lecteurs une découverte sensible de la Chine par une voie littéraire et éloignée des clichés iconographiques habituels. Nous publions en effet essentiellement des textes d'auteurs chinois dans des traductions inédites en français et notre intention d'impliquer des illustrateurs français dans cette aventure a existé dès l'origine. Si au bout de deux années et demie de travail nous pouvons présenter un catalogue perçu comme "ambitieux" et que nous souhaitons cohérent, nous n'avons pas le sentiment d'avoir agi héroïquement dans un environnement particulièrement difficile.

Nous avons fixé une direction claire au départ, par la formulation d'une proposition éditoriale reconnaissable. Mais cette direction ne nous entraine pas vers une hyperspécialisation. Au contraire, elle nous guide dans la construction consciencieuse et progressive d'un catalogue enrichi par une offre culturelle chinoise mais qui ne s'y enferme pas.

Dans la mesure où la conception des nouveaux titres se nourrit sensiblement de l'expérience des titres précédents, nous parlons volontiers d'"hypothèses de travail" plus que de "projets". Ainsi, lorsque nous estimons que la réflexion sur une publication (sa nature, son format, sa réception par des lecteurs, sa cohérence avec notre ligne éditoriale, etc.) n'est pas suffisamment aboutie, nous la mettons en veille sans avoir le sentiment d'un renoncement. Priorité est alors donnée à l'exploration d'autres pistes mieux balisées. c'est une manière d'avancer avec modestie mais aussi avec détermination et régularité. Et sur ce chemin, nous entendons également rester ouverts. Plutôt qu'à renoncer, l'expérience nous conduit à innover, l'essentiel étant de ne pas brouiller la lisibilité de notre ligne éditoriale auprès du public et des professionnels.

Pour illustrer le propos, prenons le cas d'une collection qui offre un exemple éclairant. Pour nos trois premiers albums parus dans la collection "Bella Ile Formosa", deux titres étaient signés de Yang Huan (XXème siècle) réputé être le premier auteur de langue chinoise à écrire spécifiquement pour les enfants. Après la publication, nous avons recueilli des remarques de lecteurs, professionnels ou non, et prêté une attention particulière à certaines d'entre elles concernant notamment la longueur des textes ou l'absence d'un complément didactique ou culturel. Elles nous ont conduit vers les nouvelles de Xu Dishan. La longueur moindre des textes de cet auteur a permis une respiration plus aisée des images, tandis qu'une page didactique ajoutée à la fin de "Marée d'amour dans la nuit" ouvrait la voie vers une meilleure interaction avec le lecteur. Par la suite, nous avons publié "Pi, Po, Pierrot", un texte inédit, facile d'accès pour un lecteur français mais pas moins chinois dans son expression et son esprit.

Dans le même temps, poursuivant le voeu de nous rapprocher davantage des lecteurs, nous avons inové avec une deuxième collection "Coeur vaillant" destinée aux 3-6ans, accueillant des histoires illustrées et adaptées de courts et très anciens récits (qui continuent d'être enseignés aux écoliers en Chine) reproduits en français à la fin de l'album et qu'accompagne une double-page de découverte des idéogrammes.

 

Quelques lignes pour s'initier, mieux comprendre la culture chinoise...(Plouf la châtaigne)

Quelques mois plus tard, nous ouvrions une troisième collection "Caractère chinois" impliquant la traduction de textes classiques (chinois du XVIIIe siècle) en langue moderne (français). Pour cette collection proposée aux lecteurs autonomes à partir de 8/9ans, notre effort consiste essentiellement à garantir l'intégrité d'une oeuvre d'auteur classique (présentée sans adaptation) tout en le rendant accessible au plus grand nombre en France. Nous accompagnons l'oeuvre d'une page culture qui permet de la restituer dans le contexte culturel qui l'a vu naître et l'a largement inspirée à son auteur. Nous y ajoutons également une page destinée à "mieux comprendre les chinois" à partir d'une analyse simple de quelques mots et idéogrammes de la langue chinoise. Dans ces trois collections, certaines illustrations se situent sur un registre résolument contemporain et sans aucune évocation d'un environnement chinois. c'est particulièrement le cas de l'illustration par Bobi+Bobi de "Yin la jalouse". Ce faisant, ces livres correspondent parfaitement à notre intention d'inviter les lecteurs à faire une expérience de l'Autre (en l'occurence les chinois), semblable et différent. De là à publier des oeuvres hors collection intégralemnt créées par des auteurs-illustrateurs français, il n'y avait qu'un pas. Dans la mesure où, dans un projet franco-français qui nous est proposé, nous rencontrons une oeuvre qui rejoint nos intentions d'éditeur, proche de nos thématiques, et fidèle à une haute idée que nous nous faisons du jeune lecteur, nous n'aurions, pour refuser de la publier, que des raisons de "dogme". Nous ne sommes pas dogmatiques.

 

Quelques clefs pour mieux apprécier le texte... (Yin la jalouse) et quelques lignes qui, loin d'être superflues, donne une autre lecture plus juste, où comment savourer un texte chinois ancien... 

Sans rien renier de ce que nous voulons et savons faire (créer et partager la littérature chinoise pour la jeunesse), nous nous définissons comme une maison d'édition indépendante, libre dans sa proposition qu'elle veut cohérente, originale et destinée à un public large.

Vous diversifiez vos publications en visant des tranches d'âges très larges et des textes venant de cultures différentes ; vous n'êtes pas l'"éditeur chinois" et pourtant avec une identité forte, HongFei ne s'assimile pas à un éditeur "généraliste". Comment vous situez-vous dans le monde de l'édition jeunesse?

Il est probable que cette identité forte que vous évoquez soit le reflet d'une relation de longue date entre les deux éditeurs de la maison.
Chun-Liang Yeh, naturalisé Français en 2003, est né à Taiwan où il a vécu jusqu'à l'âge de 23ans. Il est issu d'une famille de classe moyenne, a quitté son pays de son plein gré pour voir le monde. Pour réaliser ce rêve il a appris des langues étrangères et suivi des cours de littérature anglaise. Diplômé de l'université, il n'a pas fui la misère d'une campagne déshéritée ni la persécution politique et n'en est pas moins chinois. Loïc Jacob est Français né en Champagne. Son penchant universaliste et exigent l'a porté à poursuivre des études de droit et à faire de la recherche comme historien du droit, et son expérience d'enseignement à l'université l'a rendu sensible aux échanges comme moyen d'épanouissement des individus.

Les deux hommes se sont liés d'amitié il y a dix-sept ans. Cette relation s'est continuellement enrichie de la joie renouvelée de la découverte de la culture de l'autre, mais aussi de la confrontation de deux façons d'être au monde. Tous les deux curieux d'esprit, nous ne nous contentons pas de regarder l'autre comme intrinsèquement différent et exotique, mais avons accepté de nous mettre à sa place, de changer nos habitudes et de percevoir le monde autrement. Sans cette volonté de nous alisser toucher et d'évoluer, l'idée qui a prévalu à l'existence de la maison d'édition n'existerai pas.

HongFei Cultures est construite à l'image de cette relation dans la mesure où l'attention à l'autre nous guide implicitement dans notre conception des titres et des collections à proposer aux lecteurs. Par exemple, il nous paraît naturel de concevoir des livres pour les enfants d'âges différents, car dans la vie de tous les jours, lorsque nous rencontrons des enfants, nous adaptons notre attitude et notre vocabulaire à leur âge pour entrer en interaction avec eux. Pour les livres, nous agissons de la même manière, en variant les structures de narration et les registres d'images, mais sans rien concéder à la qualité du contenu ni de l'idée que nous participons au "grandissement" de l'enfant, et en nous entourant de conseils éclairés.

 

La morale de l'histoire et, en quatre lignes et quatre caractères, ce qui donnera envie au lecteur, enfant ou adulte de relire la fable...(Face au tigre dans la nouvelle collection : en quatre mots)

La même considération s'applique à la réponse à votre question concernant la place que nous occupons dans le paysage de l'édition jeunesse en France. Nous ne sommes pas généralistes, ne serait-ce que par le nombre restreint de titres que nous sommes en mesure de proposer chaque année. Nous donnons la priorité à certains projets intégrés à un catalogue qui doit faire sens pour le grand public et les professionnels. Ceci dit, nous ne sommes pas non plus spécialiste dans la mesure où nous ne faisons pas des livres chinois et où nos livres s'adressent à tous les lecteurs en France, et non à un lectorat déjà familier des codes culturels chinois.

Fondamentalement, nous portons vers le jeune lecteur des textes dont nous pensons qu'ils le toucheront mais dans cette action nous ne sommes pas neutres ; nous lui proposons une lecture juste et créative de la littérature chinoise. C'est dans notre rôle d'éditeur et aussi la force de ce métier.

Ceci étant dit, ce travail sur les textes chinois ne saurait nous contraindre à ne nous adresser qu'aux initiés ni à ne nous abstenir de projets sans référence directe à la culture chinoise. En fait, nous sommes tout simplement "humanistes".

Les premiers titres de votre catalogue proposent des textes ou adaptations chinois. La diversité des nouveaux albums a t-il été tout de suite compris et accepté?

Nos premiers titres "Hors collection" ("Si je grandis..." par Mélusine Thiry, "Une touche de couleurs" par Pauline Kalioujny) conçus par deux auteurs-illustratrices françaises, sont parus à l'automne 2009, deux ans après la création de la maison d'édition. Vous avez raison d'y voir un risque d'incompréhension de la part des lecteurs qui connaissent déjà notre catalogue. Toutefois, c'est un risque que nous étions prêts à assumer, car cet élargissement de ligne éditoriale correspond à la personnalité des éditeurs et à un besoin naturel d'épanouissement de la maison d'édition.

Quelques mois après la sortie de ces deux titres, suivis plus récemment d'un troisième ("Salade de fruits" par Samuel Ribeyron), nous n'avons constaté aucun rejet, ni de la part des lecteurs ni de celle des prescripteurs (notamment libraires), au motif d'une incompabilité ou d'une confusion par rapport à nos titres antérieurs. Nous nous en réjouissons.

Selon notre analyse, il y a plusieurs raisons à cela. D'abord, beaucoup de ceux qui connaissent déjà notre production ont compris que notre proposition éditoriale n'a rien de communautariste et que  nous ne nous posons jamais comme le gardien du temple d'une culture chinoise figée et idéalisée. Comment inviter les lecteurs à partir en voyage entre les cultures, si nous nous enfermions nous-mêmes dans une conception étriquée des cultures?

Ensuite, beaucoup de lecteurs et de professionnels ne nous connaissent pas encore en 2009. Ils ont découvert et apprécié la belle facture de nous ouvrages hors collection en même temps que l'existence de la maison d'édition. Ils ont perçu HongFei Cultures comme une maison d'édition qui, en plus de savoir faire de beaux albums, sait les doter d'un contenu culturel chinois authentique.

Si ces constats nous incitent à l'optimisme pour le développement -modeste mais régulier- de la maison d'édition, nous restons vigilants sur le fait que notre proposition reste parfois mal comprise par certains prescripteurs partagés entre la tentation d'y voir un effet de mode ou celle de considérer nos créations comme contestables car non conformes à une image jugée "authentique" et recevable de la Chine.

C'est pourquoi, confiant dans le discernement des lecteurs de plus en plus nombreux à apprécier notre offre d'amitié, nous travaillons à la clarté de notre proposition et à la faire connaître et comprendre plus généralement. Dans ces circonstances, l'attention et la critique bienveillantes que vous-même manifestez à l'égard de nos publications sont un accompagnement et un encouragement très précieux.

 

Yin la jalouse...

Dès les premiers titres, la différence était évidente : alors que la production éditoriale nous offrait des textes sur la Chine insipides, caricaturaux, nous prenions conscience, avec la proposition éditoriale de HongFei, que les chinois n'étaient pas que des petits hommes jaunes aux yeux bridés avec un chapeau pointu : ils ont une âme, éprouvent des sentiments... et ce n'est pourtant pas une nouveauté : il suffit de découvrir les textes datant du XVIIIème siècle! Mais encore faut-il des illustrateurs pour le mettre en relief...

Chine des enfants s'ouvre aussi sur d'autres cultures (actuellement l'Amérique du sud et centrale)... Nous aurons certainement l'occasion de parler des autres titres de HongFei Cultures, à travers d'autres cultures...

Merci à Loïc Jacob et Chun-Liang Yeh

Retrouvez l'actualité et le catalogue de HongFei Cultures sur le site :

http://www.hongfei-cultures.com