LE RACISME

Le racisme

Le racisme existe partout mais dans la littérature pour la jeunesse, le racisme envers les asiastiques est particulier.
Il prend des formes différentes, selon différents critères :
- L'époque
- L'origine de l'auteur et de la perception dans son pays
- L'origine des personnages

- L'époque :

Comme pour toutes origines ethniques, les asiatiques n'échappent pas à une certaine forme de racisme qui n'était pas considérée comme telle à une certaine époque.
La différence, c'est que la présence des asiatiques en France n'a pas été vécue comme d'autres migrants.
Mais pour commencer, nous pouvons souligner une certaine forme de racisme globale envers nos "jaunes amis" : pour de nombreux français, même encore aujourd'hui, les asiatiques sont tous des chinois.
Alex, le personnage de S Kao qui vit déjà mal le fait de ne pas connaître le pays de ses parents, semble aussi souffrir de ne pas être identifié comme d'origine taïwanaise. Les élèves d' "American born chinese" quant à eux sont tous assimilés à des chinois et ce n'est pas sans mal que ces jeunes de culture différente doivent accepter cette identification.

dscn4985.jpg

Dans la première moitié du XXème siècle, la Chine est bien plus connue et montrée dans le documentaire pour enfant mais, du fait d'une plus grande "liberté" de langage, que se permet un pays "civilisé" d'alors qu'est la France, décrit tout naturellement les peuples asiatiques.
Ainsi, la très sérieuse revue des éditions PEMF nous parle de Tchen Lo-Ming en remarquant qu'il est jaune et que sa famille est jaune également mais, "comme Tchen Lo-Ming a les joues rosées, on ne voit guère qu'il est de race jaune"...
Pays moins développé, le chinois est dangereux - un bandit- et ses particularités -culinaires entre autres- moquées.

dscn3847.jpg

Cependant, si dans la deuxième moitié du XXème siècle le documentaire ne regarde plus qu'une Chine lointaine, la fiction est très inspirée. Les histoires chinoises, exotiques font rêver. Très lissées et convenues, jouant sur les stéréotypes, on peut se demander s'il ne s'agit pas alors d'une certaine forme de racisme.
Les petits chinois sont pauvres, très sages et disciplinés, souriant avec un chapeau pointu.

dscn3866.jpg

Il faut attendre le XXIème siècle pour que les chinois soient perçus comme des personnes "égales" aux français : des gens "normaux" avec des traits caricaturaux moins prononcés. Peut-être parce qu'ils sont moins mystérieux aux yeux des européens. Mais ils ne sont plus la sage et mystérieuse communauté que l'on aime fréquenter uniquement pour ses restaurants.
Ce sont des sans-papiers, des voyous de triades, des gens qui manifestent... Pour d'autres communautés, le regard n'a pas évolué : le jeune vietnamien de "Reborn" est victime du racisme social et non ethnique. Alors qu'il évolue dans un monde futuriste, il est toujours l'éternel boat-people (la fusée remplaçant le bateau!)

dscn4971.jpg

- L'origine de l'auteur

Les chinois sont les plus représentatifs de nos personnages asiatiques dans la fiction pour la jeunesse.
Lorqu'ils évoluent dans des fictions anglosaxonnes, le racisme est moins prononcé, parce qu'ils appartiennent et vivent dans une communauté. Ils sont plus ou moins bien perçus selon les époques mais l'appartenance ethnique est importante dans les histoires.


Dans d'autres fictions occidentales, le racisme est évoqué, mais pas au même titre que d'autres origines.
Nos personnages chinois souffrent le plus souvent de proplème identitaire, de déracinement, plus que de racisme à leur encontre. Le personnage de S Deshors qui apparait dans "mon amour kalachnikov" est une française d'origine chinoise. Elle se pose de nombreuses questions mais n'est pas quotidiennement victime de racisme.
Lorsqu'un asiatique est victime de racisme, comme le jeune vietnamien de "Faire le mort" c'est certes parce que seul étranger dans la bande d'ados, mais ce n'est pas un mauvais élève ou enfant perdu ; d'aiilleurs, son intelligence servira sa vengeance.
Litchi est un jeune lapin différent des autres : l'on remarque bien ses yeux bridés mais ce qui perturbe les autres élèves, ce n'est pas sa différence, mais le fait que ses parents (adoptifs) soient différents de lui...
Dans des romans plus modernes, plus en phase avec le contexte social, les immigrés asiatiques ne sont pas victimes du racisme et sont mêmes aidés, soutenus par la population :
A Belleville, la population va aider une famille de sans papiers chinois, tout comme un jeune afghan, ou en province, deux jeunes chinoises Mei et Hua, dans un roman plus que militant, frisant le ridicule tant l'auteur s'acharne sur la police... Lucareli dénonce des méthode barbares où les enfants asiatiques travaillent dans des ateliers clandestin mais c'est avec un regard bienveillant qu'un policier aidera un enfant ("Fièvre jaune")
Dans les albums, si les chinois sont très caricaturés, c'est avec une certaine bienveillance : Foufours est un peu maladroit, le monstre jaune de McKee est travailleur...

DSC00495.JPG

 


Ce regard est surtout uniuement occidental car ils sont tous créés par des auteurs et illustrateurs occidentaux. Peut-être cela changera t-il avec un regard asiatique. S Kao, d'origine taïwanaise nous livre le premier personnage asiatique victime du racisme en France.

DSCN1766.jpg

Les asiatiques de Sibérie quant à eux sont non seulement victimes de racisme mais aussi persécutés ; nous le voyons avec la série d'Anne Bouin ("Un été siberissime"), cette jeune fille à la recherche de ses racines.

Par contre, quelques auteurs occidentaux tentent de parler de problèmes ethniques non pas dans leur propre pays mais bien en Asie... Il ne s'agit alors pas de racisme à proprement parlé mais de militantisme politique, au détriment de l'intérêt de l'histoire proposée (" Cinq heures pour le sauver...") quitte à offrir un docu-fiction ("Dolma la rebelle")

- L'origine des personnages

Si le regard sur les personnages asiatiques est essentiellement occidental, les personnages eux, sont essentiellement chinois, lorsqu'ils se trouvent dans un roman sans contexte spécifiquement lié à un pays asiatique.
Le roman le plus singulier est "un blog trop mortel".
Ce roman a pour thématique une fin du monde avec des zombis. Mais ce qui est très intéressant, c'est le deuxième personnage principal. Tout l'intérêt de celui-ci est qu'il est chinois et que ce n'est presque pas dit ou montré. Rien sur son aspect physique ou sa manière d'être. Pourtant, en lisant entre les lignes, on se rend bien compte que l'histoire aurait été totalement différente s'il n'avait pas été chinois... Il n'y a pas de racisme mais l'on peut imginer que notre héroïne serait tombée très vite amoureuse si son camarade avait été blanc ou black.
Peut-être que nos personnages asiatiques seront-ils parfaitement intégrés, des personnages comme les autres le jour où ils seront reconnus en fonction de leur origine et non en tant qu'asiatique.
Hors, si dans les pays anglo-saxons ils ne le sont pas, la mode est aux bande d'ados multi-ethniques. Quant aux asiatiques de France, ils ne sont plus reconnus ni même connus, tant l'aspect identitaire doit être effacé pour éviter... le racisme. Mais ils témoignent, par l'aspect social, de la place des étrangers dans notre société.

Bibliographie

"L'adoption de Litchi" L Devos Ed. Grasset, 1998 (enfant chinois adopté)

"American born chinese" Yang G L Ed. Dargaud, 2006 (asiatiques aux USA)

"Le banc" S Kao Ed. Syros (jeune français d'origine taïwanaise)

"Cinq heures pour le sauver" E Simard Ed. Oskar (Politique, Chine)

"Dolma la rebelle" RM Bayle Ed. Stros, coll. J'accuse (Politique Tibet)

"Faire le mort" S Casta Ed. Thierry Magnier (jeune vietnamien adopté en Suède)

"Mon amour kalachnikov" S Deshors Ed. du Rouergue (jeune chinoise en France)

"Qu'as-tu Kim ?" Série Ludo Ed. Dupuis, 2008 (fille birmane adoptée en France)

"Reborn" T Robberecht Ed. Mijade, 2013 (pauvre vietnamien sans papiers dans le futur)

"Tao et Léo" Ed. Rue du monde, 2011 (jeune chinois en France)

"Tu ne peux pas rester là" JP Nozière Ed. T Magnier, 2008 (jeunes chinois en France)

"Un blog trop mortel" M Roux Ed. Territoires (jeune américain d'origine chinoise)

"Un clandestin au paradis" V Karle Ed. Actes sud, 2009 (jeune afghan en France)

revue BT N°441 Ed. PEMF, 1959 (chinois vus par des français)