LA NATURE

 

 

LA NATURE

 

La nature est très présente dans l'imagerie. Loin des paysages faisant rêver les occidentaux, où la nature parfaitement maitrisée, les noirs et blancs équilibrés entre ciel et montagnes apaisent notre regard, la nature est utilisée dans un but de propagande, de pédagogie et d'éducaion scientifique.

petit jardin chinois : pruniers en fleurs, lanternes, portes... une nature maitrisée et délimitée

 

L'occidental imagine la nature telle qu'elle lui est proposée dans les rouleaux peints des artistes lettrés, quitte à en ignorer les codes ; le décors des porcelaines (le voyage en porcelaine), ou les petits jardins chinois. Le point commun entre l'idéal occidental et la vision chinoise étant l'absence d'urbanisation (voir art.)

 

Un petit garçon qui s'évade dans le décors apaisant de son assiette

 

La propagande ayant mis entre parenthèses les croyances et la philosophie, sa représentation a été synthétisée, caricaturée. Loin des paysages bucoliques, la nature est une "personne", capable d'aider l'homme comme de le punir.

Dans l'illustration des albums occidentaux, c'est un décors calme, apaisant, mystérieux : montagnes embrumées, cascades, lacs, jardins, rizières... nid douillet protecteur dans lequel se fond quelquefois un charmant petit village.

La diversité des paysages chinois n'est soulignée que dans l'illustration de quelques contes ethniques : le texte n'est pas descriptif, contemplatif : la nature présente un trait social : des champs ou rizières pour un paysan, un beau jardin pour un lettré ; une mise en situation : la rivière est l'obstacle, le défit lancé à l'homme ; la montagne l'ultime limite à atteindre : dans les croyances bien ancrées dans la culture chinoise, gravire une montagne permet de devenir un homme, trouver la sagesse, rencontrer un sage ; la forêt initie les jeunes héros...

 

L'enfant a fait tomber sa hâche dans l'eau... Sera t-il honnête?

Montagnes "esthétiques"

Une petite fille donne les couleurs à la nature avec des pierres précieuses...

 

(...) trois énormes rochers alignés, (...) en forme d'escargot d'eau, une roche en forme de crapaud et une montagne en forme de carpe"...

Si cette nature semble inquiétante pour tout étranger voulant approcher le pays, avec la traversée des montagnes ou du désert, ce n'est pas elle qui arrête le voyageur mais la grande muraille!

Dans l'album chinois, la nature joue un rôle bien précis. Le trait et la couleur accompagnent le récit, illustrant l'atmosphère.

L'esthétisme peut être en rapport avec le texte : les montagnes et les arbres se courbent, se parent de couleurs iréelles, ou de formes stylisées. De même un détail peut représenter la nature, telle une branche ou une fleur.

Le dessin est dépouillé se débarassant de l'inutile : dans les ouvrages de propagande entre autre, la nature n'est pas un élément de décors, mais un acteur de l'histoire : stylisé placé au même titre qu'un personnage, quitte à défier la logique ou la cohérence comme les dimensions ou la possibilité d'allier ce qui ne peut l'être, comme un prédateur et sa proie.

 

Un énorme chou

Maman canard et ses petits dans la mare

 

Ainsi, un enfant peut être minuscule à côté d'un légume, un tigre posant sagement à côté d'un faon, ou une forêt s'apparentant à une végétation luxuriante et très colorée, telle une jungle pour accentuer la difficulté que rencontrent de jeunes héros à s'y frayer un chemin.

 

Une forêt qui n'a rien à envier à la jungle!

 

Où les cheveux et la cascade ne font qu'un...

Mais si la science fiction est presque inexisante dans la thématique chinoise, le dessin est rarement réaliste, si l'on n'excepte les superbes dessins au lavis. Ainsi, les croyances et les mythes ne sont jamais très loin...

Les astres sont souvent pourvus d'yeux, d'un nez, d'une bouche et d'une moustache : les nuages moutonnent et sont très stylisés, non dénués d'humour, servant de véhicule pour les dieux. Les montagnes sont souvent le refuge des sages, les forêts des génies, les rivières des Dieux. Le ciel quant à lui, abrite des phoenix et des déesses.

 

Transports en commun des dieux

 

Soleil moustachu

Dans de nombreux contes, un enfant doit franchir des obstacles dans la nature, avant d'être aidé ou mis à l'épreuve par un être surnaturel, parfois métamorphosé en animal. Si l'homme est bon, généreux, honnête, la nature sera bonne avec lui. Les animaux ont souvent un rôle à jouer (voir art.)

 

 

Où les lapins offrent bois, fleurs et carpe à la jeune fille

Les petits chinois sont très tôt confrontés à la nature. Dans la propagande, les enfants cueillent des fleurs, s'occupent des animaux, travaillent dans les champs.

L'apprentissage des sciences naturelles se fait sous forme ludique : devinettes comme "Qu'est-ce qui chante sur l'arbre?" envolées lyriques : "Il pleut, il pleut dans les rizières. Merci, merci, pluie bienfaisante, murmurent les poussent riantes, tu nous nourris comme une mère"

 

 

De petites histoires pédagogiques pour parler des dangers de la maison : un bonhomme de neige "trempé de sueur" n'hésitera pas à fondre pour sauver un enfant du feu! Une autre histoire beaucoup plus sérieuse, relate une conférence chez les insectes pour déterminer qui est nuisible ou non... Les explications plus techniques ne manquent pas d'imagination a défaut d'humour ou de clareté : "l'air aidant, le petit avion monte haut dans le ciel".

 

Bonhomme de neige sauve l'enfant imprudent

 

La nature n'est donc pas "sauvage" mieux, elle est l'amie de l'homme et très tôt expliquée aux enfants. Ainsi, dans "Nids d'oiseaux", la fiction laisse place au documentaire : la vie des oiseaux y est parfaitement et clairement expliquée, contrairement au "Voyages des graines" où les graines arrivent en parachute, où le pissenlit rit de joie. Cependant, fiction ou documentaire, les albums se terminent souvent par une morale ou une leçon. Certains comme "Nids d'oiseaux" s'adresse directement au jeune lecteur : "Beaucoup d'oiseaux sont des amis des hommes. Chers enfants, vous pouvez fabriquer des boites (...) pour que de gentils oiseaux viennent s'y installer et nous aider à détruire les insectes nuisibles".

 

 

"L'Air au travail" Li Ping, Ed. des enfants, 1980

"Le Bonhomme de neige" Liu Si Ed. en langues étrangères, 1981

"Capture d'un aigle" Houang Tcheng Ed. en langues étrangères, 1977

"L'Enfant honnête", Jiang Zhenli, Livres du Dauphin, 1988

"Fables de la Chine antique" Zuo Ni Ed. des enfants, 1985

"La Fille aux longs cheveux" Ding Yuzhen Ed. en langues étrangères, 1986

"Fleurs de prunier" Yang Sien-Jang Ed. en langues étrangères, 1958

"La Hâche d'or" Fang Yuan Ed. en langues étrangères, 1981

"Jingwei comble la mer" Feng Jiannan Ed. en langues étrangères, 1991

"La merveilleuse histoire de la petite Hou" R Péquignot, L'Harmattan, 2006

"Nids d'oiseaux" Ju Zi, Ed. en langues étrangères, 1982

"Petite Plume apprend à nager" Ed. en langues étrangères, 1981

"Les Quatre saisons" Tang Lufeng et Chen Huilian, Ed. Zhaohua, 1984

"Questions about the universe" Dolphin books, 1995

"Les Sept pierres précieuses" Li Hong'en, Ed. en langues étrangères, 1988

"Shi Han et l'escargot d'eau" Ed. en langues étrangères, 1986

"Tanglai'er, le chanceux" Zhang Jing Ed. Livres du Dauphin, 1989

"Tetards cherchent leur mère" Chen Qiucao Ed. des enfants, 1980

"Troubles au Royaume céleste" Tang Cheng, Ed. en langues étrangères, 1979

"Le Voyage des graines" Lin Songying, Livres du Dauphin, 1989

"Le voyage en porcelaine" Evrard, Pastel, 1997