ISABELLE SIMLER

ISABELLE SIMLER

Une belle rencontre entre une illustratrice dont les couleurs nous ont fait rêver, et l'une des régions les plus méconnues de Chine aux couleurs généreuses... "CIELS ROUGES" aux éditions Courtes et Longues, ce n'est pas une simple histoire mais une réelle rencontre avec un peuple.

rencontre avec l'auteur et illustratrice

Images

Diplômée des Arts décoratifs de Strasbourg, je suis auteur/illustratrice pour l’Edition et la Presse. Après avoir travaillé plusieurs années dans le domaine de l’Animation, en tant que réalisatrice, scénariste et illustratrice, je me consacre depuis 2012 plus particulièrement  à la littérature Jeunesse.

retrouvez illustrations, photos et toutes les infos (dont la bibliographie) sur le site de l'auteure :

www.isabellesimler.com

 

1 - Pouvez-vous nous parler de votre parcours d’étudiante et professionnelle?


J’ai fait les Arts décoratifs de Strasbourg, en section Design. Mon expérience en l’illustration a débuté après l’école, dans le domaine de la Presse et de la Publicité et elle s’est prolongée dans la création de dessins animés durant plusieurs années. Depuis 2012, je me consacre presque exclusivement à la Littérature Jeunesse.

 
2 - Vous avez travaillé pour la réalisation d’animation : est-ce un apport pour votre travail d’illustratrice?

L’expérience que j’ai eu en Animation a sûrement eu une influence sur ma façon de composer les images. Cependant ma manière de dessiner aujourd’hui est très différente de la technique que j’utilisais alors pour la fabrication des dessins animés.
 
3 - Pourquoi et comment êtes-vous venue à l’illustration pour la jeunesse?


À ma sortie des Arts Déco, c’est le hasard des rencontres et les opportunités de travail qui m’ont menée vers l’illustration. Cr04

 

 
4 - Vos illustrations sont toujours saisissantes, quelles techniques utilisez-vous, comment travaillez-vous sur une couleur comme par exemple le bleu 
pour « l'heure bleue »?

Les toutes premières ébauches se font sur papier, dans des carnets. Ensuite, je dessine les planches de mes albums presque exclusivement sur une tablette graphique. J’aime la précision que m’apporte cet outil dans le dessin.
Pour les couleurs, je n’ai pas de méthode particulière, les choses se font de façon plutôt instinctive. Je dessine au trait avec un stylet très fin, en utilisant de nombreuses nuances de couleurs. Certaines couleurs sont parfois plus évidentes que d’autres… comme le bleu par exemple !
La qualité d’impression et le soin particulier que les Editions courtes et longues accordent à la fabrication des albums participent aussi beaucoup à la mise en valeur du dessin et des couleurs.
 
5 - Certains de vos albums ont été remarqués et appréciés par les très jeunes lecteurs ; aviez-vous ciblé dès le projet ce jeune lectorat?

Non, je ne cible pas un public en particulier. Les albums jeunesse se partagent souvent entre un enfant et un adulte, j’aime l’idée qu’ils s’adressent à tous les âges.
 
6 - Vos livres sont édités par Courtes et longues, éditeur indépendant... comment s'est faite cette rencontre et comment se construit cette 
collaboration déjà riche?


J’ai découvert les Éditions Courtes et Longues grâce à l’album de Betty Bone « La Madeleine de Proust ». Dès la première rencontre, j’ai été conquise par leur conception du livre jeunesse. Cette collaboration me ravie et s’enrichie à chaque nouvelle expérience. Lorsque nous concevons un album ensemble, il y a de nombreux échanges, une belle confiance, un grand soin apporté aux détails et beaucoup de liberté.

Cr06

 
7 - Nombreux de vos titres sont traduits en Chine, Corée ou Japon... Avez-vous eu des retours de ces pays?


Je suis ravie que mes livres soient traduits en Asie et je suis très sensible au soin apporté à leur fabrication. Nous avons beaucoup échangé avec l’éditeur japonais qui a souhaité être très proche de l’édition française. J’ai répondu a une interview pour un magazine japonais et suis très flattée de l’intérêt et de la curiosité qu’ils portent à mon travail. Pour la Chine, j’ai eu la chance de me rendre sur place pour le projet d’album « Ciels rouges » et de faire de nombreuses rencontres. Ces moments ont été très joyeux et très enthousiasmants.

Cr03

 
8 - "Ciels rouges" nous emmène dans une région chinoise peu connue en France. Comment est né ce projet?

La Maison d’Édition chinoise CHISO (située dans le Xinjiang) a découvert un de mes albums (Cette nuit-là au musée) au Salon du Livre de Bologne. C’est ce livre qui leur a donné l’idée, l’envie de me proposer de réaliser un album sur la région autonome du Xinjiang, en collaboration avec les Éditions courtes et longues
 
9 - Comment s'est fait cet album? Quelles demandes vous ont été faites?


C’était une commande très libre, sans cahier des charges particulier. Suite à l’invitation de la Maison d’Édition CHISO, je suis partie un mois en Chine et j’ai pu visiter une belle partie de cette  région du Xinjiang. À mon retour, J’ai eu envie de m’atteler très vite au projet afin d’avoir bien à l’esprit toutes les impressions de ce voyage. 

Cr02

 
10 - Connaissiez-vous déjà la Chine? Le Xinjiang est-il si différent de votre imagination?

Je n’étais jamais allé en Chine et je connaissais assez peu la culture chinoise. Quand au Xinjiang, c’était l’inconnu total.
 
11 - Si vous n’aviez pas eu de contraintes éditoriales, budgétaires, quels sont les aspects de cette région que vous auriez aimé développer?


Le Xinjiang est une région très étendue et extrêmement contrastée. Durant mon voyage, j’ai pu en découvrir de nombreuses facettes. Mais cette région est si riche et diverse qu’il faudrait s’y attarder plus longtemps encore…

X20

 
12 - Vous avez rencontré des élèves : qu’est-ce qui vous a le plus surpris lors de vos échanges?

Je n’ai pas rencontré les enfants dans un cadre scolaire mais par le biais de médiathèques et d’associations. J’ai été impressionnée par l’enthousiasme et la curiosité des enfants et des parents. Nous avons fait des ateliers ensemble, c’était fantastique. Je pensais que certains de mes albums leur parleraient peut être moins, comme par exemple l’album « Dans les poches d’Alice, Pinocchio, Cendrillon et les autres… » car il fait référence à des contes classiques plutôt européens. Or j’ai constaté avec surprise que les enfants là-bas connaissaient parfaitement tous ces contes.
 
13 - Pouvez-vous nous parler de vos projets?

Mon prochain album DOUX RÊVEURS sortira fin septembre. C’est un imagier sur le rêve et le sommeil des animaux. Cet album a bénéficié de l’Aide à la création littéraire jeunesse du Conseil départemental du Val-de-Marne et sera offert à tous les bébés qui naitrons dans ce département en 2018. 
Pour la suite, je n’ai pas encore fait mon choix… Des idées, de nombreuses envies griffonnées dans mes carnets.
X08
 
14 - De votre voyage dans le Xinjiang, si vous deviez retenir…
- une couleur : 
Une seule… c’est trop dur !
Les variantes d’ocres dans les zones désertiques. 
Le jaune d’or des bouleaux qui se mêle aux verts des conifères dans les régions froides du nord. 
Les couleurs chaudes et bariolées des villes du sud-ouest.
 
- une matière : le sable, les cailloux et la brume.
- une odeur : les grillades et le thé.
- un son : la musique des Ouïgours.
 
Photos et illustrations de l'auteur, tous droits réservés