JEUNES LECTEURS ASIATIQUES ET BIBLIOTHEQUE A PARIS


FREQUENTATION DU PUBLIC JEUNESSE ASIATIQUE AUX PORTES DU CHINATOWN (PARIS 13)
PETIT COMPTE RENDU (année 2011)

Préambule

La bibliothèque Italie située sur la place du même nom aux portes du chinatown dans le 13ème arrdt de Paris a proposé un temps un petit fonds chinois. A la construction de la nouvelle médiathèque, dans le quartier même, un fonds asiatique ou plutôy chinois et vietnamien a été créé, reprenant ainsi en partie le petit fonds existant.
Cette bibliothèque de taille moyenne propose une belle section jeunesse. La fréquentation est relativement élevée, étant particulièrement bien placée.
La population asiatique du 13ème comporte d'anciennes migrations chinoises et vietnamiennes, mais plus largement asiatique en général ; les coréens se retrouvent entre le Kremlin Bicêtre, le 14 et surtout 15ème arrdt., sur le passage de la bibliothèque.

La fréquentation de la bibliothèque située à la frontière de plusieurs quartiers est plutôt familiale et de proximité concernant les plus jeunes.
A quelques exceptions près, il s'agit de familles déjà bien intégrées.
Généralement, les enfants sont accompagnés de la mère ou du père. Je n'ai croisé qu'une fratrie menée par la grande soeur.
Les parents parlent presque tous le français.
Deux enfants malgaches sont accompagnées d'une maman non francophone mais très présente.
Il y a aussi plusieurs familles métisses mais asiatiques : sino-viet, viet-jap, franco-jap, franco-corée, viet-corée...

PARLER ET LIRE

Un papa vient régulièrement avec sa fille et son fils, plus jeune. Ils s'expriment bien en français. Il aime choisir des livres pour eux aussi même s'il leur laisse le choix : il cherche des romans, albums très "occidentaux". Il fait la lecture sur place pour son jeune fils mais traduit en mandarin.

LOISIRS ET TRAVAIL

La définition de biblothèque est assez récurente pour certaines familles chinoises encore : alors qu'elles se sentent à l'aise dans l'espace, elles ont une idée bien définie du rôle de la bibliothèque et des bibliothécaires.
Une maman s'est étonnée que les bibliothécaires n'imposent pas le silence dans la salle qui doit être un lieu d'étude.
Un samedi après-midi, une animation sous forme d'atelier scientifique se déroulait dans l'espace de "travail" : les tables accolées en forme de "U" faisaient face à un animateur expliquant son atelier. Une maman a tout simplement déposé ses manteaux et cartables sur la table servant à l'animation, interrompant l'animateur un peu médusé. Lui informant que l'espace était occupé elle a tout naturellement rétorqué qu'elle était venue pour travailler et pas pour s'amuser.

EDUCATION ET SCOLARITE

Si la différence n'est pas marquée avec les autres enfants parce que la bibliothèque n'accueille pas vraiment d'enfants "défavorisés", là encore, l'on peut constater que les enfants sont disciplinés.
Nous avions proposé au jeune public un jeu concours se déroulant sur un mois : le but étant d'essayer de deviner le titre d'un livre grâce aux indices donnés en début de chaque semaine. Une adolescente s'est empressée de donner une réponse le premier jour. Elle semblait très angoissée à l'idée de s'être trompée mais surtout de ne pas être la gagnante...

NOUVELLES GENERATIONS...
LES NON FRANCOPHONES

Les CLA (enfants non francophones) ne sont pas vraiment bien accueillis dans le milieu scolaire : pas toujours dans une école proche de leur domicile et pas forcément encadré par le personnel adéquat.
Un collège du chinatown a la chance d'accueillir dans de relatives bonnes conditions des non-francophones avec des professeurs bilingues. Malheureusement ils ne sont pas accueillis à bras ouverts dans les bibliothèques, notament celle -très proche- spécialisée sur l'Asie.
Pas ou peu de bibliothécaires formés et/ou volontaires.
Ils ont donc parcouru beaucoup de chemin pour venir à la bibliothèque, en petits groupes d'une douzaine d'enfants, asiatiques à 95%

Des élèves peu ouverts.
Le principal problème est, qu'étant en grande majorité chinois, ils restent entre eux, communiquant en chinois, peu ouverts sur ce qui les entourent.
Après leur avoir présenté quelques documents, raconté une histoire, fait un jeu autour du livre, ils ont eu du temps libre :
le groupe chinois est resté soudé, laissant un peu de côté le tibétain... et les autres. Ils ont choisi des manga et parlé entre eux en mandarin.
Pensant ne pas être compris, ils ont échangé librement. Ils ne semblaient que peu s'interesser à leur sortie, trouvant tout "nul". Surpris lorsque je leur ai demandé (en chinois) d'essayer de s'exprimer en français, ils trouvaient normal d'échanger avec moi en chinois uniquement.
Ces enfants n'ont pas été -hors période scolaire- dans la médiathèque située près de chez eux et spécialisée en langue chinoise.

Enfants handicapés
Des petits groupes (hôpital de jour) viennent à la bibliothèque. L'un d'entre eux arrive très excité mais heureux de voir des livres ; il s'exprime par petites phrases qu'il répète, ayant du mal à se poser et regarde un livre. Il parle en français pour interpeler directement son entourage mais dès qu'il se projette dans son livre, c'est en chinois qu'il s'exprime.
Là encore, il ne peut être compris des adultes, très compétents mais non bilingues.