BM Paris/suite

 

LECTURES ET LECTORAT CHINOIS DANS LES BM DE PARIS... SUITE

 

Après une réflexion des lectures et lectorat chinois dans les BM de Paris, je poursuis l'expérience dans un nouveau contexte, très différent et qui demande un suivi puisque cette première approche ne porte que sur une année. A partir d'une situation générale, il sera observé la fréquentation d'un nouveau public chinois et asiatique.

Après une présentation du projet, cette observation sera rédigée sous fome chronologique. Une synthèse sera faite à la fin de l'expérience...

1 A LIEU ET FONDS / ENVIRONNEMENT ET EVOLUTION DU PUBLIC B NOUVEAUX OBJECTIFS

A LIEU Paris XVIII Montmartre

Paris XVIII Montmartre

Il s'agit du plus grand établissement parisien en terme de fonds et de publics. Celui-ci a su constituer un fonds généraliste de qualité, notament grâce à une réserve même s'il se dégrade aujourd'hui. Il s'est développé depuis les années soixante. Il draînait un public assez large, sur un plan municipal et au delà. Pendant quelques temps la mixité des fréquentants enrichissait les échanges et les réflexions même si certaines années, un public surtout jeune assez dure voir violent entâchait cette convivialité. Depuis 2005, la population du quartier a considérablement évoluée, assez brusquement. Il se constitue de "bobos", souvent peu cultivé mais arrogant et difficile à gérer (il s'agit là de généralités critiquables), d'étudiants à la recherche de tables de travail et d'enfants originaires d'Afrique et du maghreb venant sans leurs parents. La population "intermédiaire" ayant presque disparue.

Les chinois sont très présents dans le XVIII mais dans d'autres secteurs : Max Dormoy pour l'essentiel et l'on sait que les enfants ne font pas de grands trajets pour aller dans une bibliothèque.

B OBJECTIFS

La bande dessinée est un genre très apprécié et en plein développement, surtout avec les manga et autre manhua ou manhwa et autres romans graphiques. Ayant un budget conséquent, partant de presque rien, j'ai souhaité créer un fonds "manga", terme qui sera utilisé par facilité pour toutes les BD asiatiques. Mon objectif étant de proposer une offre diversifiée, préférant une certaine qualité à du commercial mais surtout faire découvrir aux enfants des cultures et des dessins très différents.

Aujourd'hui, il est proposé aux enfants mais aussi aux grands ados (avec des titres comme "Gen d'Hiroshima") une centaine de séries. Si des avertissements sont visibles quant aux contenus, les parents généralement ne prête attention qu'au dessin très explicite ayant trait à la sexualité. Ainsi, certaines thématiques visibles qu'en lecture appronfondie comme la prostitution sont peu repérées. Quant à la violence, elle est d'avantage admise...

Au-delà de ces problématiques de permissivité, c'est une observation des lecteurs, par forcément inscrits, qui est étudiée.

2 DIFFERENTS GENRES / DIFFERENTS PUBLICS

A DIFFERENTS GENRES

Nous laissons de côté le manga (japonais) qui a trouvé sa place et son public.

ROMAN GRAPHIQUE

Que se soit du genre western comme "Seton" ou japonais nostalgique avec le remarquable "Quartier lointain" voir même "documentaire" avec "L'orchestre des doigts", c'est essentiellement un public adulte averti.

MANHWA

Le "manga" coréen dont certains sont édités aux éditions Paquet souffrent avant tout d'une mauvaise adaptation et traduction. Il est difficile de trouver en plus de titres interessants pour la jeunesse. Il est donc peu représentatif.

MANHUA

Le manhua chinois est assez diversifié, entre autre avec les éditions Xiao Pan qui nous offrent une vision interessante et moderne de la société chinoise de Chine mais aussi de l'immigration. S'ajoute des manhua plus traditionnels ou plus proches des récits japonais. Il est à remarqué que certains titres assez populaires comme "Diu Diu" sont lus par un large public malgré une lecture très chinoise et assez ennuyeuse et kitch. A côté des manhua sont édités des bandes dessinées dont certaines plus proches du conte ou de la BD européenne.

B DIFFERENTS PUBLICS

Si les manga sont lus par un public très éclectique, les manhwa sont plus appréciés des coréens tandis que le manhua est plus prisé par les chinois. Ce n'est qu'une première approche et ne vaut pas comme une affirmation. Cependant le manga japonais est plus ancré dans la "culture" des jeunes européens avec notament de nombreuses adaptations sous forme de films et surtout de dessins animés.

Ce qui est visible, c'est la fréquentation d'un nouveau public, entre autre chinois, de jeunes générations.

Peu nombreux, ils commencent à être d'avantage présents.Ils sont plutôt jeunes avec des parents exerçants dans le quartier (restaurant,...), indépendants, et pour les inscrits, n'empruntant et ne lisant sur place que des mangas, manhua. Entre autre, une jeune chinoise et son petit frère venant tous les jours.

Une nouvelle année scolaire approche... attendons de voir comment ce fonds va vivre, comment les jeunes lecteurs chinois l'utilise.

Année scolaire 2008/2009

Les collections de BD et manga se sont largement développées. Cette rentrée est marquée aussi par une fréquentation assez forte et ce, en avance par rapport aux années précédentes. De nouveaux publics, enfants mais aussi jeunes adultes et des prêts en progression.

Sur ce début de rentrée, les mêmes petits lecteurs chinois qui pour certains sont venus cet été, continuent à emprunter, certains venant avec d'autres frères, cousins et copains. D'auters sont nouveaux. Ce lectorat n'emprunte que des manga, des BD pour quelques uns seulement, des "Max et Lili", ainsi que des revues. De nouveaux petits lecteurs chinois s'inscrivent, et ce, uniquement pour ce typr de documents. Ils sont domiciliés à quelques mètres seulement de la bibliothèque et ne la fréquentait pas auparavant ! A noter notre grand (par la taille et âge!) étudiant chinois qui continue à venir régulièrement, toujours pour des manga, des "Max et Lili", avec cette fois son ordinteur portable pour travailler sur place...

 

Paris XVIII Montmartre