Femmes mongoles et litterature

Les femmes mongoles ont une place bien singulière dans la littérature enfantine (voir art.) A l'occasion de la "fête des femmes", chine-des-enfants n'a pas résisté à l'envie de donner la parole aux héroïnes mongoles, par le biais d'une auteure jeunesse, Munkhzul Rinchin, qui sera présente à la fête du livre asiatique de Paris pour présenter son livre et rencontrer ses lecteurs.

Dscn0679

1 - Les jeunes filles, bien que débrouillardes, ayant tôt des responsabilités, semblent vivre dans l'ombre des hommes, sans pouvoir prendre leur destin en main, est-ce le cas dans la réalité?

Je ne pense pas que les jeunes filles mongoles vivent dans l’ombre des hommes, bien au contraire elles sont plus entrepreneurs que les hommes. Contrairement à ce qui peut arriver dans d’autres pays asiatiques, en Mongolie au sein de la famille, les femmes ne se limitent pas à rester une bonne épouse et une bonne mère, elles doivent travailler, rapporter de l’argent et prendre des décisions.

            En société, les femmes mongoles occupent des postes importantes : elles sont médecins, juges, avocats, notaires, professeurs, diplomates, businesswomen, scientifiques, députés et ministres. Les occidentaux s’exclament en voyant le nombre de femmes mongoles qui travaillent dans le secteur de la construction, pourtant occupé plutôt par des hommes en occident.

            Je voudrais citer une phrase prononcée dans le film de Jean-Jacques Annaud, inspiré du livre « Le Totem du loup » : « Sache qu’une femme mongole est une louve ». D’ailleurs, on voit dans ce film une femme mongole se battre seule, à mains nues, en pleine nuit contre un loup qui attaquait ses moutons. Nos grand-mères nous ont appris à avoir un comportement modeste en tant que femmes mongoles. Peut-être que le coté battant et décisif de ces femmes est caché derrière l’éducation qui préfère la discrétion en laissant supposer des femmes soumises et frustrées.

2 - Les héroïnes peuvent trouver une certaine liberté en participant aux courses de chevaux : sont-elles beaucoup impliquées dans ces fêtes?

Historiquement, Naadam est une fête qui montre la force et la splendeur des hommes : la lutte, le tir à l’arc et la course des chevaux. La lutte est réservée uniquement aux hommes, plus forts physiquement par nature. Par contre, les femmes peuvent tirer à l’arc ou monter sur les chevaux de course pendant le Naadam.

3 - Les écrivains et illustrateurs choisissent souvent une fille comme "héros" pour permettre à leur personnage d'enfreindre des interdits et/ou leur faire vivre une belle histoire d'amour... 

Y a t-il beaucoup plus d'interdits dans la vie quotidienne pour une femme? ...et les jeunes femmes mongoles ne font-elles pas quelques fois le premier pas dans les histoires d'amour?

            Je pense qu’il est tellement plus facile de choisir une petite fille frêle et naïve pour héroïne, plutôt qu’un homme fort qui enfreint les interdits. Dès le plus jeune âge, la femme mongole doit savoir presque tout faire comme les hommes. A mon avis, justement ce contraste de la force mentale et de la fragilité physique d’une petite fille mongole qui reste modeste et discrète doit intriguer les écrivains et les illustrateurs.

            J’ai souvent entendu dire ma mère et ma grand-mère qu’une femme qui boit, qui fume, qui se bagarre et qui jure est moins bien perçue dans la société qu’un homme ayant le même comportement. Est-ce que cela est un interdit ? Je ne pense pas.

Par contre, ils existent des sommets de montagnes où les femmes ne doivent pas monter. Je ne saurais pas dire si ces habitudes sont liées avec des rites bouddhistes ou chamaniques.

            Comme toute femme, elle aurait préféré que l’homme prenne l’initiative dans les histoires d’amour, mais quand le prince charmant est trop timide, il arrive aux jeunes femmes mongoles de faire le premier pas.

4 - Les jeunes héroïnes sont souvent les gentilles... et les garçons mongols, les "méchants"... en faisant un peu de caricature, y a t-il, comme chez les petits français, des jeux ou des métiers qui font rêver plus les petites filles?

Peut-être des métiers tels que celui d’infirmière qui demande de la douceur, de maitresse d’école qui éduque, ainsi que les métiers plus modernes comme mannequin ou chanteuse.

5 - Si un jeune héros français tombait amoureux d'une jeune mongole, comment imagineriez-vous le caractère de celle-ci dans un roman?

Un français vivant avec une femme mongole la définit comme ayant une grande force de caractère : audace, obstination, indépendance, sens de la famille au large, fierté, orgueil

6 - Dans les textes pour enfants en Mongolie, trouve t-on ces stéréotypes, comme dans les livres en France?

On associe les jeunes filles avec la beauté, la douceur et la tendresse et elles sont souvent représentées comme des princesses, alors qu’on demande aux garçons de devenir forts et protecteurs, comme dans d’autres cultures.

7 - Y a t-il une/des fêtes en Mongolie pour les femmes, comme la "journée de la femme"?

Le huit mars, la journée internationale des droits de femmes est célébrée au sens large en Mongolie.

dscn0082.jpg